EP/E – Exposition Publication Expérimentation – En Résidence à OUDEIS

IMG_2144Même en hiver, la place de Ganges avec ses platanes et ses maisons aux toits de tuile indique que l’on est « dans le sud ». Qui plus est, il a fait un temps magnifique cette dernière semaine de février.

J’étais à OUDEIS, chez Sandra et Gaspard Bébié-Valérian pour le premier volet de ma résidence de recherche EP/E – Exposition Publication Expérimentation.

Depuis plusieurs années, je poursuis une réflexion sur un renouveau et une évolution du lien entre création, exposition et publication.

Deux projets ont déjà été réalisés dans cette recherche :

- 6×6/36, en collaboration avec le Collectif NUNC : une série de trois carnets de datamatrix imprimés sur des autocollants. Chaque carnet propose quatre créations de 6 artistes, réunis autour d’une thématique. Les œuvres sont visibles sur le téléphone portable en scannant les datamatrix (2011).

FEAT. A Journey Through Art Science Projects

Réalisée dans le cadre du projet européen FEAT/Future Emerging Art and Technology, A Journey Through Art Science Projects est une publication documentaire en ligne (alternative au catalogue) reposant sur le logiciel MemoRekall développé par Clarisse Bardiot. C’est également une première tentative pour une exposition en ligne (2017).

Comment articuler la présentation physique d’œuvres et leur documentation ?

Comment concevoir une exposition qui serait sa propre documentation et qui pourrait être « déployable » à des échelles différentes ?

Ce sont les deux questions posées pour cette résidence à OUDEIS.

img_1263-e1551193139939-1024x768

J’avais imaginé une résidence un peu bucolique, où j’aurais été marcher sur les chemins environnants, où j’aurais pris un café dans un bistrot sur une de ces places. Sandra, Gaspard et moi n’avons pas décollé de nos écrans et de nos documents. La seule chose qui change sur cette photo prise le premier jour est … mon pull ! Mais, au bout de la semaine, le résultat est là : le plan de travail pour tester les idées et faire un prototype lors du second volet de la résidence en juillet est prêt !

Publié dans Annick's News, CCP/Creating Curating Publishing, CCP/Creating, Curating, Publishing | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

2019 dans la biosphère

AB-Voeux-19

Publié dans Annick's News | Laisser un commentaire

La « raison d’être » d’un accrochage

10 décembre 2018, je me précipite au Centre Pompidou pour voir l’exposition consacrée à Franz West. C’est le dernier jour.

Mon propos ici n’est pas de faire un texte sur l’œuvre passionante de cet artiste mais de m’interroger sur le choix de présentation d’une œuvre intitulée « Ohne Titel » (sans titre donc) de 1974 et que voici.

IMG_2066

 

On notera que l’œuvre est accrochée au mur et présentée comme un tableau.

Et maintenant, voici le cartel

IMG_2065

 

Ce choix d’accrochage m’a laissée sans voix. Que l’on n’autorise plus le public à chausser les sandales afin de préserver l’œuvre, ça je le comprends, mais pourquoi donc l’avoir accrochée au mur et lui ôter ainsi toute sa signification et sa force ? Ceci était d’autant plus incompréhensible que d’autres œuvres étaient mises à disposition du public, respectant leur conception initiale mais certaines, trop fragiles, avaient tout simplement la mention « ne pas toucher ».

Les voix des commissaires sont parfois vraiment impénétrables … à moins que ce ne soient celles des collectionneurs …

 

 

 

 

Publié dans CCP/Creating Curating Publishing, Vu / Seen | Marqué avec , | Laisser un commentaire

« Raccommoder le tissu du monde », l’expo

« Raccommoder le tissu du monde » se termine/est terminé. Voici un petit reportage photos de l’exposition que j’ai organisée au Château d’eau – Château d’art de Bourges.

Construction improbable, l’ancien château d’eau de Bourges, devenu espace d’exposition.

01-Château d'eau

 

"ArchaeaBot", Anna Dumitriu & Alex May, 2018

« ArchaeaBot », Anna Dumitriu & Alex May, 2018

 

 

"ArchaeaBot", Anna Dumitriu & Alex May, 2018 (photo A. Bureaud)

« ArchaeaBot », Anna Dumitriu & Alex May, 2018 (photo A. Bureaud)

 

 

 

 

 

 

 

Le robot subaquatique dont les flagelles en rotation sont inspirées des archaelles des archées. (Il faut imaginer la photo de gauche dans une plus grande obscurité …)

 

"The Bottled Songs of Lost Children", Chloé Galibert-Laîné & Kevin B. Lee, 2018 (photo A. Bureaud)

« The Bottled Songs of Lost Children », Chloé Galibert-Laîné & Kevin B. Lee, 2018 (photo A. Bureaud)

Les deux vidéo-essais sur l’appréhension et le traitement des images du terrorisme dans les réseaux sociaux se répondaient, côte à côte, dans une des « niches » du château d’eau.

"Faster Than Light", Kentaro Kumanomido & Thomas Anthony Owen, 2018 (photo Capucine Lageat & Antoine Perroteau)

« Faster Than Light », Kentaro Kumanomido & Thomas Anthony Owen, 2018 (photo Capucine Lageat & Antoine Perroteau)

"Faster Than Light", Kentaro Kumanomido & Thomas Anthony Owen, 2018 (photo Capucine Lageat & Antoine Perroteau)

« Faster Than Light », Kentaro Kumanomido & Thomas Anthony Owen, 2018 (photo Capucine Lageat & Antoine Perroteau)

 

Deux images d’une des deux projections de l’installation filmique « Faster Than Light ».

Le second film était projeté dans un espace plus enclos, au verso de celle-ci.

La version complète, d’une heure, a fait l’objet d’une projection-performance spéciale le samedi 17 novembre au Nadir.

Vue d'ensemble. "aqua_forensic" de Robertina Sebjanič et Gjino Sutić, 2018 et "Mobile lab suit cases :::: Malepin BIOtransLab" de Paula Pin (photo Capucine Lageat & Antoine Perroteau)

Vue d’ensemble. « aqua_forensic » de Robertina Sebjanič et Gjino Sutić, 2018 et « Mobile lab suit cases :::: Malepin BIOtransLab » de Paula Pin (photo Capucine Lageat & Antoine Perroteau)

 

"aqua_forensic", Robertina Sebjanič & Gjino Sutić, 2018 (photo A. Bureaud)

« aqua_forensic », Robertina Sebjanič & Gjino Sutić, 2018 (photo A. Bureaud)

 

"aqua_forensic", Robertina Sebjnanič & Gjino Sutić, 2018 (photo A. Bureaud)

« aqua_forensic », Robertina Sebjnanič & Gjino Sutić, 2018 (photo A. Bureaud)

Les canalisations de cuivre et en acrylique transparent encerclent un des piliers et bloquent le passage entre deux autres. Elles soutiennent des modules dans lesquels des vidéos montrent l’effet dévastateurs des médicaments, y compris certains que nous considérons comme « anodins » (aspirine, paracétamol), sur des micro-organismes (il faut imaginer la photo de droite dans plus d’obscurité).

 

 

 

 

 

"Mobile lab suit cases :::: Malepin BIOtransLab" de Paula Pin (photo Capucine Lageat & Antoine Perroteau)

« Mobile lab suit cases :::: Malepin BIOtransLab » de Paula Pin (photo Capucine Lageat & Antoine Perroteau)

"Mobile lab suit cases :::: Malepin BIOtransLab" de Paula Pin (photo A. Bureaud)

« Mobile lab suit cases :::: Malepin BIOtransLab » de Paula Pin (photo A. Bureaud)

"Mobile lab suit cases :::: Malepin BIOtransLab" de Paula Pin (photo A. Bureaud)

« Mobile lab suit cases :::: Malepin BIOtransLab » de Paula Pin (photo A. Bureaud)

Paula Pin a déployé ses valises laboratoires mobiles et tout un ensemble de documentation dans deux « niches » du château d’eau. Dans une atmosphère entre le laboratoire, le cabinet gynécologique et l’atelier DIY, c’est dans cette « installation » qu’elle a conduit son workshop le week end du 17 et 18 novembre.

 

"The Siren's Dream" (extraits), Aleksandra Niemczyk, 2018 (photo A. Bureaud)

« The Siren’s Dream » (extraits), Aleksandra Niemczyk, 2018 (photo A. Bureaud)

"The Siren's Dream" (extraits), Aleksandra Niemczyk, 2018 (photo A. Bureaud)

« The Siren’s Dream » (extraits), Aleksandra Niemczyk, 2018 (photo A. Bureaud)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"The Siren's Dream" (extraits), Aleksandra Niemczyk, 2018 (photo A. Bureaud)

« The Siren’s Dream » (extraits), Aleksandra Niemczyk, 2018 (photo A. Bureaud)

Aleksandra Niemczyk montrait un montage d’extraits de son film The Siren’s Dream tourné dans le cadre de sa résidence à Bandits-Mages et qui sera présenté dans son intégralité à Bourges en 2019. L’installation filmique associait la projection et les éléments de décors ou d’accessoires ayant été utilisés dans le film lui-même, dans un jeu de mise en abîme.

 

Vue d'ensemble. "Faster Than Light", Kentaro Kumanomido & Thomas Anthony Owen ; "ArchaeaBot", Anna Dumitriu & Alex May ; "Bottled Songs of Lost Children", Chloé Galibert-Laîné & Kevin B. Lee (photo A. Bureaud)

Vue d’ensemble. « Faster Than Light », Kentaro Kumanomido & Thomas Anthony Owen ; « ArchaeaBot », Anna Dumitriu & Alex May ; « Bottled Songs of Lost Children », Chloé Galibert-Laîné & Kevin B. Lee (photo A. Bureaud)

Il y a encore un peu trop de lumière sur cette photo faite avant éclairage final, mais ce que j’ai aimé avec l’architecture si particulière du château d’eau composée de deux cercles concentriques séparés par des piliers, est ce jeu possible entre les œuvres qui ainsi se font écho, que l’on aperçoit « en dialogue » selon l’endroit où l’on se trouve, mais qu’il faut approcher (et on occulte alors les autres) pour les découvrir et les voir vraiment.

Le soir du vernissage, trois des participants et « sujets » du film Faster Than Light, Chraja, Space et Chakla Chakla ont fait une micro performance.

Performance "Faster Than Light", 15 décembre 2018, Chakla Chakla & Space (photo Amar Belmabrouk)

Performance « Faster Than Light », 15 décembre 2018, Chakla Chakla & Space (photo Amar Belmabrouk)

Performance "Faster Than Light", 15 décembre 2018, Chraja (photo Amar Belmabrouk)

Performance « Faster Than Light », 15 décembre 2018, Chraja (photo Amar Belmabrouk)

Publié dans Annick's News, Exposition/Curation | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

« Art et Non Humain. L’imaginaire de la résilience », Kikk Festival 2018

Kikk2018

AB-KIKK-2018

 

 

 

 

 

Vrai plaisir d’avoir participé au KIKK festival de Namur qui avait pour thème « Species & Beyond » avec ma conférence « Art et Non Humain. L’imaginaire de la résilience ».

KIKK est un festival jeune (né en 2011) qui sait associer programmation rigoureuse, art, design, industries de la création, conférences, ateliers et bidouilles, de la réflexion, de l’émotion, le marché, publics pro (de tous poils) et grand public (de tous âges), le tout dans une ambiance chaleureuse et amicale.

Publié dans Annick's News, Art & Non Human, Art & Non Human, Art-Science, Art-Science, BioArt, Conf-participation, Ethics | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Bandits-Mages 2018 : La bande annonce !

La bande annonceBM-BA des Rencontres Bandits-Mages 2018 « Raccommoder le tissu du monde est en ligne et le site web aussi !

 

Publié dans Annick's News, Anouncement, Art-Science, Art-Science, BioArt, Exposition/Curation | Marqué avec , | Laisser un commentaire

« Raccommoder le tissu du monde », Festival Bandits-Mages 2018

Le 15 novembre : Tous à Bourges ! Pour les Rencontres Bandits-Mages 2018

Réalité instable et savoirs mouvants. Raccommoder le tissu du monde

dont j’ai l’immense plaisir d’être la commissaire, en collaboration avec l’équipe de Bandits-Mages et ses partenaires.

afficheNe pas rater le vernissage, il y aura des surprises.

Ne pas rater la programmation de ce premier week end du 15 au 18 novembre, elle est foisonnante.

Et en attendant, voici mon texte de présentation.

Réalité instable et savoirs mouvants. Raccommoder le tissu du monde

Le réel est devenu instable, il glisse entre nos doigts.

Par où l’attraper quand, dans le flux des réseaux sociaux, tout est surface et mousse d’une vague qui en remplace une autre à peine celle-ci formée.

Rêvé comme place du village global, lieu de partage de connaissances et conscience artificielle d’une humanité enfin réunie, Internet s’énonce désormais aussi comme (auto)propagande pour une image égotique de soi et du monde.

Par où l’attraper quand les sciences dévoilent une complexité de plus en plus grande et que les biotechnologies ouvrent à des possibles déconcertants, terreaux de tous les fantasmes utopiques et dystopiques.

La crise de la science occidentale, entre fake news et réémergence des savoirs vernaculaires, empiriques et situés, énonce aussi —surtout— une soif de réappropriation et de partage de savoirs pluriels.

Par où l’attraper quand les certitudes et les catégories s’effondrent, quand Je est, littéralement, un Autre qui cohabite dans le même corps avec des bactéries, quand les identités sont fluides et les genres multiples.

Au moment où nous redécouvrons l’interdépendance systémique du vivant et du système Terre, où nous n’avons plus de lointains, seulement des prochains, que ce soit en terme de territoires ou de vivants, des algues et micro-organismes, aux plantes, aux animaux et à nos « frères humains » qui vivent dans le même temps que nous, mais aussi à ceux d’avant nous et à ceux d’après nous, comment réhabiter le monde et nous-mêmes ?

Cette édition 2018 des Rencontres Bandits-Mages repose sur une sélection d’œuvres issues des résidences de création au sein du réseau EMAP *.

Qu’elles explorent un réel tangible, imaginaire, fantasmé, inconscient, fabulatoire ou spéculatif, toutes ces œuvres, à l’esthétique et au propos très différents, convergent dans l’idée du soin, au sens de « prendre soin ». Dans les corps et dans la psyché, dans le logos et l’iconos, elles vont sous la surface, associant individualité et collectif pour raccommoder le tissu du monde.

aqua_forensic de Robertina Sebjanič & Gjino Sutić est une observation factuelle de la pollution chimique des eaux douces aussi bien que salées et de l’effet pervers des soins médicamenteux portés aux humains qui empoisonnent les créatures aquatiques. Quelle violence nous fait prendre autant d’antidépresseurs ?

Avec ArchaeaBot, Anna Dumitriu et Alex May explorent le registre spéculatif et confient à une nouvelle forme de vivant hybride, associant archaea (les plus anciennes formes de vie sur Terre) et robot, le soin de poursuivre l’évolution dans un environnement d’après le monde tel que nous le connaissons.

The Siren’s Dream d’Aleksandra Niemczyk, installation filmique à partir de l’œuvre de la peintre surréaliste Leonora Carrington, plonge dans l’inconscient et dans les visions psychiques et symboliques engendrées par des traumatismes et des crises émotionnelles.

Dans une approche queer, l’identité de la personne est au cœur du film-performance de Faster Than Light de Kentaro Kumanomido & Thomas Anthony Owen.

Chloé Galibert-Lainé & Kevin Lee présentent une étape de travail de The Bottled Songs of Lost Children sur le terrorisme dans les médias et les réseaux sociaux. Déconstruction de la sémiotique de ces images et vidéos de propagande, de leur circulation et re/dé-contextualisation, l’œuvre porte un regard réflexif sur la recherche universitaire en sciences humaines et sur l’attraction-répulsion que ces images suscitent.

Graeme Cole expose** Universal Ear, une installation filmique, dans laquelle le personnage de Harley Byrne espère enregistrer et rendre disponible en ligne « toutes les musiques du monde », l’utopie de la collection et de la préservation intégrales.

Paula Pin, dans une installation-atelier de bio-DIY permet une acculturation et une réappropriation des savoirs en matière de biotechnologies.

La circularité du lieu de l’exposition, l’ancien Château d’eau de Bourges, devient métaphore du passage fluide de la matière à l’inconscient, de l’individu à la collectivité, d’une science vernaculaire à une techno-science de pointe, de soi à l’autre, quelle que soit la nature de cet autre, vivant et non vivant, humain et non humain, dans une technozoosystémie ***.

————-

* EMAP (European Media Art Platform) regoupe 11 organisations européennes : Ars Electronica, Bandits-Mages, FACT/Foundation for Art and Creative Technology, IMPAKT, Kontejner, LaBoral Centro de Arte y Creación Industrial, M-Cult, Onassis Cultural Centre-Athens (Stegi), RIXC, WRO Art Center, Werkleitz Center for Media Art. Il organise les résidences EMARE (European Media Artists in Residence Exchange). EMAP/EMARE est soutenu par le programme Creative Europe de l’Union Européenne.

** Cette œuvre est exposée au Haïdouc.

*** Le zoosystémicien Louis Bec nous a quitté en juin.

Il avait proposé, commenté et illustré dans une œuvre théorique et artistique qu’il faudra bien redécouvrir, le terme de technozoosystémie. J’aimerais savoir, comme lui, inventer des mots. Je vais simplement lui dire merci.

Publié dans Annick's News, Anouncement, Art-Science, Art-Science, BioArt, Blog, Environmental Art, Exposition/Curation | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Art & the Life Sciences: Ethics & perspectives, Athens, Friday October 5th 2018

Thrilled to go to Athens to take part in this event.

BIOART5-03

Art & the Life Sciences: Ethics & perspectives, Athens

The Laboratory for Study and Conservation of Ancient and Modern Cultural Properties of the University of West Attica and the Athens School of Fine Art co-organise the International Meeting: “Art & the Life Sciences: Ethics & perspectives on Friday, October 5th, 2018 at the Theater of the Athens School of Fine Art (256, Pireos str.). Participants in the meeting will be internationally acclaimed artists and curators who will exchange views with Greek academics with international research presence at the intersection of art and the life sciences.

International guest speakers are Kristiina Ljokkoi, Vice-President of The Finnish Society for Bioarts, international UK artists Anna Dumitriu & Alex May and French curator Annick Bureaud, Director of Leonardo/OLATS, who will present recent developments in art-science collaboration for the creation of works of art and art installations. International guests will exchange views with Greek academics Prof. Georgios Panagiaris from the University of West Attica and Ass. Prof. Assimina Kaniari from the Athens School of Fine Art, as well as the general public, about the ethics of art – science collaboration, especially the life sciences and the perspectives for contemporary art production.

Context of the discussion, moderated by Annick Bureaud is to explore how the arts are currently perceived within bioscience in Greece and how they are perceived in other countries. What methods of collaboration are fruitful or not and the reasons. Why the arts are vital in scientific research contexts led by a research funding council. Is there a nascent cultural shift?

Full program:

Friday, October 5th 2018

International Meeting. Art & the Life Sciences:

Ethics & perspectives
Theatre of Athens School of Fine Art (Pireos 256)

17.00 – 17.30 Welcome speeches

17.30 – 17.50 Kristiina Ljokkoi (The Finnish Society for Bioarts): Ars Bioarctica Residency Program
Introduction to the art & science residency program in Kilpisjärvi Center for Biological Research, in Northern Finland

17.50 – 18.10 Anna Dumitriu & Alex May (University of Hertfordshire): ArchaeaBot
Presentation of the project ArchaeaBot (LABoral/Ars Electronica/ 2018)

18.10 – 18.30 Assimina Kaniari (Athens School of Fine Art): Writing Life: Bioartists as authors

18.30 – 18.50: Georgios Panagiaris (University of West Attica): Bioart: towards a common deontological framework of its production and display

Presentation of the results of the research project Bioart: definitions and limits. Research to establish a commonly accepted ethical management framework (BIOART) (Program “Archimedes III”, 2012-2015)

18.50 – 19.10 Break

19.10 – 20.00 Discussion with Annick Bureaud (Leonardo/OLATS): What’s Art got to do with this?
Discussion on the Ethics of Art-Science Collaboration

20.00 – 21.00 Wine reception
« With the kind support of the Embassy of the Republic of Slovenia in Athens »

This event is co-organised by the Laboratory for Study and Conservation of Ancient and Modern Cultural Properties of the University of West Attica and the Athens School of Fine Art

More info:

www.facebook.com/cultlab.uniwa.gr / fb event:

https://www.facebook.com/events/176198399924979/

Publié dans Annick's News, Anouncement, Art-Science, Art-Science, BioArt | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

« Error, the Art of Imperfection », Ars Electronica 2018

41361914332_8eed74340e_zA Ars Electronica, tout ce qui était photographiable ou vidéographiable l’a été. Le tout a largement été partagé sur les diverses plateformes sociales. Chacun peut donc se faire une idée de ce qu’il y avait par une simple recherche en ligne.

Comme tout le monde, je vais faire un compte-rendu partiel (et partial) mais en essayant d’ajouter des mots aux images et des légendes aussi. Je trouve terriblement irritante cette manie de publier des photos d’œuvres ou de projets sans dire ce que c’est ni mentionner le nom de ceux et celles qui les ont faits …

Trois raisons principales m’amenaient à Linz cette année :

– Voir quelques-unes des œuvres qui viennent d’être créées et qui vont être présentées aux Rencontres Bandits-Mages à Bourges dans l’exposition « Raccommoder le tissu du monde » dont je suis la commissaire et qui ouvre le 15 novembre 2018.

– Célébrer le Golden Nica attribué à Leonardo et le 50ème anniversaire de la revue

– Et … découvrir de nouvelles œuvres et artistes

LES ŒUVRES DE BANDITS-MAGES

Installées dans le « Bunker » de Post City, au plus profond du sous-sol de cet ancien tri postal, dans l’obscurité de petites salles telles deux cellules se trouvaient ArchaeaBot d’Anna Dumitriu & Alex May et aqua_forensic de Robertina Sebjanič & Gjino Sulič.

ArchaeaBot est un petit robot plus ou moins sphérique réalisé en impression 3D. Muni de 3 flagelles sur le modèle de celles des archées bactéries il est immergé dans un aquarium.

"ArchaeaBot", Anna Dumitriu & Alex May, image Vanessa Graf

« ArchaeaBot », Anna Dumitriu & Alex May, image Vanessa Graf – 2018

Avec ArchaeaBot, Dumitriu et May explorent le registre spéculatif et confient à une nouvelle forme de vivant hybride, associant archaea (les plus anciennes formes de vie sur Terre) et robot, le soin de poursuivre l’évolution dans un environnement d’après le monde tel que nous le connaissons.

Palpitant entre les bulles dans la transparence de l’aquarium, nimbé d’une légère lumière qui fait penser à la bioluminescence, ArchaeaBot apparaît comme la dernière créature vivante, l’ultime qui pourra, éventuellement, sauver la notion même de vie.

 

"aqua_forensic" de Robertina Sebjanič & Gjino Sulič

« aqua_forensic » de Robertina Sebjanič & Gjino Sulič – 2018

aqua_forensic de Robertina Sebjanič & Gjino Sulič déploie toute une tuyauterie en cuivre. Diamètre 22 mm. Mettant à jour celle que nous nous appliquons à encastrer avec soin dans nos maisons et appartements. Des cylindres y sont accrochés, comme des regards de contrôle. En leur sein, de petites vidéos montrent l’effet de diverses drogues sur la faune aquatique microscopique. aqua_forensic est une observation factuelle de la pollution chimique des eaux douces aussi bien que salées et de l’effet pervers des soins médicamenteux portés aux humains qui empoisonnent les créatures aquatiques. A Bourges, l’installation sera un peu différente, le long tube en acrylique transparent contenant des dizaines de pilules de toutes sortes devrait être remplacé par un dispenseur en verre.

"The Bottled Songs of Lost Children" de Chloé Galibert-Lainé & Kevin Lee

« The Bottled Songs of Lost Children » de Chloé Galibert-Lainé & Kevin Lee – 2018

Sur le mur de la grande salle qui ouvre l’exposition « Error in Progress », deux écrans côte à côte diffusent deux des vidéos essais du projet The Bottled Songs of Lost Children de Chloé Galibert-Lainé & Kevin Lee sur le terrorisme dans les médias et les réseaux sociaux. Déconstruction de la sémiotique de ces images et vidéos de propagande, de leur circulation et re/dé-contextualisation, l’œuvre porte un regard réflexif sur la recherche universitaire en sciences humaines et sur l’attraction-répulsion que ces images suscitent.

Il y avait aussi Faster Than Light de Thomas Owen et Kentaro Kumanomido, projet multi-écran et multi-narratif, un work in progress multiforme sur l’identité personnelle et intime dans une approche queer. Mais il était tellement mal présenté à Linz, dans le fracas des robots et des objets techno des industries créatives, que je préfère ne pas le commenter dans ce bref compte-rendu. On prépare de jolies surprises pour Bandits-Mages, notamment avec une projection-performance le samedi 17 novembre.

"Faster Than Light" de Thomas Owen et Kentaro Kumanomido

« Faster Than Light » de Thomas Owen et Kentaro Kumanomido – 2018

 

GOLDEN NICA POUR LEONARDO ET UN GÂTEAU D’ANNIVERSAIRE POUR LES 50 ANS

Heureuse et émue. Heureuse de voir Hannes Leopoldseder, un des co-fondateurs d’Ars Electronica, remettre le Golden Nica à Roger Malina sur la scène de la Brucknerhaus. Émue d’écouter Herbert Franke parler de sa rencontre avec Frank Malina à Paris dans la salle de conférence du centre culturel OK. Contente de voir les vieux amis autour du gâteau avec la nouvelle génération qui a « slamé » Leonardo.

Roger Malina et Hannes Leopoldseder - Golden Nica pour Leonardo

Roger Malina et Hannes Leopoldseder – Golden Nica pour Leonardo – 2018

Roger Malina - Golden Nica Leonardo

Roger Malina – Golden Nica Leonardo – 2018

 

Herbert Franke

Herbert Franke – 2018

Dawn Faelnar, Kenneth Azurin & Christa Sommerer (une partie de la Leonardo Slam Team)

Dawn Faelnar, Kenneth Azurin & Christa Sommerer (une partie de la Leonardo Slam Team) – 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gâteau d'anniversaire pour les 50 ans de Leonardo à Ars Electronica. Photo reprise d'un.e ami.e sur les réseaux sociaux.

Gâteau d’anniversaire pour les 50 ans de Leonardo à Ars Electronica. Photo reprise d’un.e ami.e sur les réseaux sociaux. 2018

 

ET SINON ….

Sinon, j’ai trouvé cette édition intéressante et riche. De nombreuses œuvres étaient liées à la médecine ou un environnement médical hors d’une approche de bioart, d’autres relevaient de ce que je qualifierais de « dextérité mécanique » avec un parfum d’objets anciens.

Voici quelques-uns des projets que j’ai retenu parmi ceux que j’ai vu, sans catégorisation aucune, et selon le parcours de l’exposition. Il va sans dire que je n’ai vu qu’une partie non seulement de ce qui était présenté mais aussi de ma « ToSeeList » (Ars Electronica sait organiser la frustration comme nul autre festival !).

* Heavenly Bodies de Bea Haines sont des photos en grand format prises au microscope électronique à balayage de calcul rénaux, ceux de la grand-mère de l’artiste. L’artiste magnifie ces déchets, légèrement répugnants, que le corps humain expulse, joue des références entre le reliquaire et les corps cosmiques des comètes ou des astéroïdes auxquels ils font irrésistiblement penser.

"Heavenly Bodies", Bea Haines

« Heavenly Bodies », Bea Haines

 

* The Art of Deception, Isaac Monté et Toby Kiers

De prime abord très élégante et quasi classique, prête pour un musée d’art contemporain, l’installation The Art of Deception est ironique et acide aussi bien sur les pratiques de recherches médicales qu’artistiques. Des cœurs de cochons mis au rebut ont été décellularisés et retravaillés selon différentes techniques.

"The Art of Deception", Isaac Monté et Toby Kiers

« The Art of Deception », Isaac Monté et Toby Kiers

The Art of Deception, Isaac Monté et Toby Kiers

The Art of Deception, Isaac Monté et Toby Kiers

The Art of Deception, Isaac Monté et Toby Kiers

The Art of Deception, Isaac Monté et Toby Kiers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Fly Salt de Christa Sommerer & Laurent Mignonneau.

"Fly Salt", Christa Sommerer & Laurent Mignonneau

« Fly Salt », Christa Sommerer & Laurent Mignonneau, 2018

Au côté d’une nouvelle œuvre de réalité virtuelle proposant une navigation dans un essaim de mouches dans un ciel paisible, les artistes exposaient un certains nombres d’objets dont ce « Sel avec mouches ». Derrière son aspect inoffensif, cet ensemble joue sur l’attraction-répulsion mais aussi sur la commercialisation de ces produits « du terroir » revus et adaptés pour devenir « chics ». J’arrivais de Ljubljana … où j’avais acheté du sel au romarin —celui aux truffes m’ayant semblé quand même un peu trop cher— comme « cadeau typique » à rapporter (il y a des salines très anciennes en Slovénie). J’avoue avoir eu très envie de ce Fly Salt (pièce unique).

 

* uneartch / Paleo-Pacific, de Shun Owada

uneartch / Paleo-Pacific, de Shun Owada

uneartch / Paleo-Pacific, de Shun Owada, 2018

Cette œuvre pourrait s’intituler « écouter le temps se dissoudre ». De l’acide dilué tombe goutte à goutte sur des roches calcaires lesquelles ont été formées par la fossilisation d’organismes marins datant de l’extinction de masse d’il y a 250 millions d’années. Un micro capte le son délicat de leur dissolution.

 

* Himatsubushi (L’Art de tuer le temps en s’amusant)

Afin de faire faire encore un peu plus d’exercice aux festivaliers, Ars Electronica avait investi le dernier étage et le toit du tri postal. En récompense s’y trouvait un ensemble de projets ludiques pour « tuer le temps », pour se détendre. De prime abord, tout cela apparaissait comme joli mais un peu superficiel. Mais, très vite, on se prenait au jeu et très vite venait la conscience que cette pause nous renvoyait au rythme de travail que nous nous imposons en général et dans le marathon qu’est Ars Electronica. Ayant un attrait pour les stylos, j’ai tout particulièrement apprécié ceux-ci, proposés par Ryo Hashimoto.

Ryo Hashimoto

Ryo Hashimoto

 

Il y a eu également la présence d’art spatial (notamment avec Miha Tursič, Sarah Jane Pell et Nahum), la performance musicale toujours aussi drôle et envolée de Ei Wada avec ses objets électroménagers et bien d’autres choses (les catalogues sont en téléchargement libre et le compte Flikr est très bien fait).

MAIS AUSSI

Venir à Linz, c’est aussi pouvoir profiter de l’exposition « Höhenrausch » du centre artistique et culturel OK (Offenes Kulturhaus). Après les nuages et les anges, le thème cette année portait sur l’eau avec pour titre « The Other Shore » (l’autre rive).

L’exposition s’y déploie dans un bâtiment étonnant, avec un parcours qui zigzague dans les étages, passe de l’intérieur à l’extérieur et vice versa, traverse le clocher de l’église puis le toit pour monter dans une tour avant de replonger dans les salles.

 

"67.8m square meters of Street Barriers" de Ovidiu Anton

« 67.8m square meters of Street Barriers » de Ovidiu Anton, 2018

Il lui faudrait un compte-rendu en soi. Je retiendrai simplement 67.8m square meters of Street Barriers de Ovidiu Anton, un ensemble de barrières de chantier qu’il fallait escalader pour entrer dans l’exposition (oui ! une autre entrée était possible pour les gens avec poussettes, en fauteuil, etc.) et l’impressionnant The Flying Ship d’Alexander Ponomarev, accroché tout là-haut au-dessus du toit mais aussi l’intelligence de la présentation de Number Eight, Everything is Going to Be Alright, le très beau film de Guido Van der Werve, montrant un homme marchant devant un brise-glace : deux chaises longues étaient installées devant un immense écran sur lequel le film était projeté lequel bloquait le passage de la rampe d’accès au parking.

"The Flying Ship" d'Alexander Ponomarev

« The Flying Ship » d’Alexander Ponomarev, 2018

 

"Number Eight, Everything is Going to Be Alright", de Guido Van der Werve

« Number Eight, Everything is Going to Be Alright », de Guido Van der Werve, 2007

L’an prochain, Ars Electronica fête ses 40 ans. Autant se préparer tout de suite.

* Sauf mention contraire toutes les images sont d’annick bureaud

Publié dans Art-Science, Art-Science, Digital Art, Vu / Seen | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

« Au-delà des limites », TeamLab

TeamLab

L’installation d’art numérique XXL Au-delà des limites du collectif japonais TeamLab à la Grande Halle de la Villette devrait connaître un vrai succès. Et ce serait justifié.

La maîtrise technique y est époustouflante, l’ambiance enchanteresse, en tout cas paisible, tranchant avec le brouhaha et le remue-ménage extérieurs.

Dans diverses projections murales, dont une gigantesque sur toute la hauteur du bâtiment, et dans trois petites constructions plus encloses, on y croise des papillons, des oiseaux, des fleurs, un monde aquatique, une cascade, des ombres détourées de personnages tout droit sortis d’un antique rouleau japonais, tout un peuple de créatures humaines et non humaines en mouvement qui réagissent à des degrés divers à notre présence. Si l’après-midi de semaine de juin où j’y suis allée le public était un peu clairsemé, il était clairement ravi : outre la réalisation des inévitables selfies et autres vidéos, les gens prenaient le temps de voir les tableaux et projections se dérouler et ils s’étendaient même dans les fleurs artificielles de l’installation comme ils l’auraient fait sur la pelouse voisine du parc de la Villette.

Pourquoi suis-je donc restée sur ma faim ? A demi convaincue ?

Est-ce l’esthétique, toute en joliesse un peu mièvre ? Est-ce l’absence d’aspérité, ou de ces puissantes singularités qui font qu’une œuvre vous emporte ? Est-ce le fait que je n’ai pas trouvé ça particulièrement immersif mais au contraire que l’image m’est toujours apparue dans sa surface, la planéité de la projection (pour ne pas dire la superficialité).

Mon trouble me semble plutôt venir du sentiment d’avoir vu une compilation, brillante certes, mais sans beaucoup d’inventivité si ce n’est sa dimension.

La cascade qui nous contourne quand on se met dessous ? Le projet Fluid Structures 360°de Vincent Houzé dans Capitaine Futur et la Super Nature à la Gaité Lyrique est plus captivant et le jeu avec les bulles d’eau procurent une sensation d’apesanteur réjouissante.

Les papillons qui ont « peur du feu mais aiment les fleurs », les fleurs qui poussent et évoluent selon la place du spectateur font irrésistiblement penser aux œuvres de vie artificielle de Christa Sommerer et Laurent Mignonneau des années 1990.

TeamLab utilise ainsi un vocabulaire de l’art numérique existant, ce qui en soi n’est pas un problème, mais sans apporter un réel regard singulier.

Si on est doté d’enfants ce sera un joli moment pour les occuper mais jusqu’au 14 juillet on préférera néanmoins Capitaine Futur et la Super Nature, plus inventif.

L’exposition réellement pensée, empreinte aussi bien d’intelligence que d’émotion, avec des œuvres de premier plan, à ne manquer sous aucun prétexte est L’Invention de Morel ou la machine à images, jusqu’au 21 juillet, à la Maison de l’Amérique Latine et, oui, elle est gratuite …

Publié dans Blog, Digital Art, Vu / Seen | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire