The Traveling Plant Goes to Kepler’s Gardens

Publié dans Annick's News, Art & Non Human, Art & Non Human, Art-Science, Art-Science, CCP/Creating, Curating, Publishing, Exposition/Curation | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

« All Women Crew » on the Moon

"All Women Crew", image Quentin Aurat

« All Women Crew », image Quentin Aurat

"All Women Crew", moonbounced image Daniela de Paulis and al.

« All Women Crew », moonbounced image Daniela de Paulis and al.

 

 

 

 

 

 

 

 

As the participants to the Leonardo Space Art Science Workshop « All Women Crew » could not meet in Paris this March 2020, they decided instead to go to the Moon thanks to artist Daniela de Paulis and her Visual Moonbounce technology.

Today I am happy to share this « journey » with you.

Daniela de Paulis (IU0IDY) initiated and developed the Visual Moonbounce technology as an artistic process in 2009, with the technical support of the CAMRAS team (PI9CAM) based at the Dwingeloo radio telescope in The Netherlands. Over the years the technology and methodology she developed  has become increasingly popular amongst international radio operators.

For the “All Women Crew” project, she has been collaborating with fellow radio operators Daniel Gautschi (HB9Q), Nando Pellegrini (I1NDP) and Mario Armando Natali (I0NAA).

Poster design by Quentin Aurat

 

Publié dans Anouncement, Art-Science, Space Art, Space Art | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

« All Women Crew », les podcasts sont disponibles

IMG_2421

Teaming up with the FEMeeting initiated by Marta de Menezes and Dalila Honorato in Portugal in 2018, Leonardo/Olats proposed to have an « All Women Crew » for its 2020 Space Art Science Workshop to « celebrate women in art, astronautics and astronomy ».

Doing things remotely is something known in the field of space activities: from driving robots on Mars to landing probes on a comet to scanning the deep sky with telescopes.

When it became obvious that our workshop would not take place this year, we decided that we would put together a remotely built collective contribution.

Today, I am happy to bring to you this series of podcasts that I hope you will enjoy listening as much as we enjoyed producing them.

 All Women Crew Podcasts

For the « All Women Crew » 2020 workshop, we have created, like last year, a deck of cards. Each participant has been asked to answer the same first question « what has attracted you to space » and then two other questions picked up by chance.

0 – What has attracted you to space

1 – Body or Mind

2 – Bio or Zoe

3 – Operational Language or Aesthetic Language

4 – Weightlessness or Gravity

5 – Which woman would you put in the « Hall of Fame » in astronomy or astronautics ?

6 – We are in 2121, if we were to have a workshop on space art science and culture, what would you like to be talking about

7 – Ask your own question and answer it

Producing those podcasts has been a rewarding and healing moment in this troubled time. I hope you will enjoy listening to them as much as I enjoyed collecting them and as much all the participants enjoyed recording them.

Publié dans Annick's News, Art-Science, Art-Science, Space Art | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ecume & Tourbillon – Rencontre LASER 27 février 2020

LASER_carton-WEB

Publié dans Annick's News, Anouncement, Art-Science, Art-Science | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Happy New Revolution Around The Sun !

AB-Voeux-20
Bonne Année et Bonne Décade

Publié dans Annick's News | Laisser un commentaire

« Neotenous Dark Dwellers – Lygophilia », hypertext video

IMG_20191205_124759On December 5th 2019, I had the great pleasure to launch the video capsule about Robertina Šebjanič’s Neotenous Dark Dwellers artwork, in the framework of the « Aquatic Twillight » exhibition that is presenting the whole series of works belonging to the artist Lygophilia project at the Galerija Tobačna in Ljubljana.

Based on the MemoRekall app, this video capsule is proposing a new online publication format in which various texts and documents are contextualising the artwork as the video rolls.

The « table of content » of the texts is appearing on a right side column as the video progresses. When one is selected a window opens that allows to read the text by clicking on the thumb nail image on the left side of the window.

 

NDD-02NDD-01

 

NDD-03NDD-04

 

The video capsule includes texts by Polona Tratnik, María Antonia González Valerio, Gregor Aljančič and Magdalena Năpăruş Aljančič and myself.

Publié dans Annick's News, Art-Science, Art-Science, CCP/Creating Curating Publishing, CCP/Creating, Curating, Publishing, Environmental Art, Livres/Books | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Ars Electronica 2019: « Out of the Box. The Midlife Crisis of the Digital Revolution »

AECcover

Il reste deux semaines avant Ars Electronica. Deux semaines pour tenter de trouver quelques repères dans les 92 pages du programme d’un festival qui célèbre ses 40 ans et qui se déroule pour la dernière fois dans les locaux de l’ancien tri postal (Postcity).

Publié dans Anouncement, Art numérique, Art-Science, BioArt | Marqué avec | Laisser un commentaire

Exposition Publication Expérimentation – En Résidence à OUDEIS (2ème)

IMG_2222IMG_2221

 

 

 

 

 

 

 

Deuxième semaine de ma résidence de recherche EP/E – Exposition Publication Expérimentation à OUDEIS après celle de fin février.

Soleil magnifique, ciel bleu, platanes et placettes accueillantes : tout donne envie de se poser à une terrasse pour siroter un citron pressé …

Mais quand on voit le local loué par Sandra et Gaspard Bébié-Valérian pour que je puisse tester mes idées « d’expositions dé-pliables » avec leur aide, leurs conseils, leurs regards, dans des discussions passionantes et avec tous les « jouets » que j’ai apporté pour ce faire et tous ceux mis à ma disposition … c’est avec délice que je m’enferme, impatiente de commencer la « phase active » après celle de réflexion (et ses inévitables schémas colorés).

IMG_2228IMG_2231IMG_2230

Publié dans Annick's News, CCP/Creating Curating Publishing, CCP/Creating, Curating, Publishing, Exposition/Curation | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Réhabiter le monde. L’imaginaire de la résilience

"Neotenous Dark Dwellers. Lygophilia", Robertina Sebjanič, 2018. Photo Miha Godec

« Neotenous Dark Dwellers. Lygophilia », Robertina Sebjanič, 2018. Photo Miha Godec

Le numéro d’art press de juillet-août 2019 vient de paraître avec mon article « Réhabiter le monde. L’imaginaire de la résilience ». Il inclut des œuvres de Victoria Vesna, Robertina Sebjanič, Pinar Yoldas, Gina Czarnecki et Nicolas Floc’h.

Ces dernières semaines ont été riches avec la Rencontre LASER avec Victoria Vesna, Aline Penitot & Olivier Adam et le dîner-performance Hox Zodiac projet de Victoria Vesna et Siddharth Ramakrishnan dans le cadre de la résidence Leonardo Maison Malina de cette dernière. De quoi prolonger la réflexion et nourrir de futurs écrits.

"Koffin", Gina Czarnecki, 2018

« Koffin », Gina Czarnecki, 2018

"Structures productives", Nicolas Floc'h, depuis 2012. Vue de l'exposition "GLAZ", Frac Bretagne, Rennes, 2017

« Structures productives », Nicolas Floc’h, depuis 2012. Vue de l’exposition « GLAZ », Frac Bretagne, Rennes, 2017

Publié dans Annick's News, Art & Non Human, Art & Non Human, Art-Science, Art-Science, Articles, Environmental Art, Ethics, Extreme Environment | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Venise 2019 (suite et fin) : il n’y a pas que la Biennale

* Jannis Kounellis à la Fondation Prada

Jannis Kounellis

Jannis Kounellis

S’il est une exposition à ne pas manquer à Venise c’est bien celle-ci. Magnifique exposition de Jannis Kounellis sous la houlette de Germano Celant. Toutes les œuvres sont magistrales, la présentation dans l’espace de la Fondation est remarquable.

Pour illustrer cette note, j’ai choisi cette œuvre constituée de plateaux suspendus sur lesquels reposent de petits tas de café moulu. Les plateaux tremblent sous l’effet de l’air déplacé par les gens qui passent dans l’escalier, un peu de café tombe, une femme vient le balayer.

 

* European Cultural Center – Palazzo Bembo

(près du Pont du Rialto)

Je n’ai pas encore exactement compris ce qu’était cet European Cultural Center, ni l’approche réelle de l’exposition. Mais peu importe, dans cet ensemble disparate deux œuvres marquent.

"Plastic Reef", Federico Uribe, 2019

« Plastic Reef », Federico Uribe, 2019

La première est Plastic Reef de Federico Uribe qui a transformé deux salles du Palais en récif tropical. On a vraiment l’impression d’être en plongée (la photo ne lui fait pas justice), les couleurs sont éclatantes, c’est enchanteur, un peu kitsch peut-être, jusqu’à ce que l’on réalise que ce paysage sous-marin est entièrement réalisé en objets en plastique.

"Plastic Reef", Federico Uribe, 2019

« Plastic Reef », Federico Uribe, 2019

Bien sûr, nous savons tous qu’il y a beaucoup de plastique dans notre quotidien, mais ici, dans cet amas où petit à petit on identifie les objets derrière les animaux ou les plantes qu’ils « dessinent » et « sculptent », monte un sentiment d’étouffement.

Il pleuvait à Venise ce dimanche de mai, la ville était une marée multicolore de ponchos en plastique. J’en avais un aussi …

 

« Yes, we have done it » - Los Alamos – The Manhattan Project de Manfred Bockelmann

« Yes, we have done it » – Los Alamos – The Manhattan Project de Manfred Bockelmann

La seconde œuvre « Yes, we have done it » – Los Alamos – The Manhattan Project de Manfred Bockelmann, dans une pièce aussi sombre que celle d’Uribe est lumineuse, présente des dessins au fusain sur toile découpés de blouses blanches de laboratoire grandeur nature. Dessous, le nom des scientifiques qui ont participé au projet de la mise au point de la bombe atomique. Dans un angle, une brève vidéo d’Oppenheimer relatant leurs réactions après l’explosion de la bombe.

 

* Accademia

Et puis, à Venise, il y a les collections de l’Accademia et ce sentiment de voir les images de son livre d’histoire prendrent vie.

Il y a aussi l’exposition temporaire de dessins de Leonard de Vinci parmi lesquels « L’Homme de Vitruve ». Il est présenté dans une sorte de cabinet devant lequel une ou deux personnes seulement peuvent se tenir. Se forme une légère file d’attente, chacun reste le temps qu’il/elle désire pour voir le dessin. Derrière, on attend patiemment, respectant ce moment d’intimité. Mon esprit ironique ne peut s’empêcher de penser que cela ressemble quand même furieusement à une procession devant une sainte relique. Et mon tour arrive. Je crois bien qu’avant je n’avais jamais « vu » ce dessin. Et après, je n’ai pas été tout à fait sûre de ce que j’avais vu, d’avoir pu « tout » mémoriser, de ce qui s’était réellement passé.

Est-ce la confrontation d’un dessin devenu iconique avec sa matérialité réelle ? Peut-être. Je ne savais pas qu’il était présenté là, ce jour là. J’ai envie de croire que c’est aussi la rencontre inattendue avec la force d’une œuvre.

Publié dans Blog, Vu / Seen | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire